Catégories
Dans le rétro

125 ans du TCS à Vevey

Le TCS a rayonné nuit et jour, du 24 au 26 septembre, sur la mythique place du Marché à Vevey. Cette tournée événement a été organisée dans le cadre du 125e du Club.

De jolies animations

Concerts, spectacles, ateliers et démonstrations ont animé notre village tout au long du week-end, pour le bonheur du public. Nous remercions vivement nos nombreux partenaires.

Galerie d’images

Musique

Les Pornographes / Les Pandas Royals / Look See Go / Old distillery jazz band / Les cors des alpes FEVI

Magie, illusion

Julien Sonjon

Animations

École de cirque Coquino / EPFL Racing Team / Atelier vélo par PRO VELO Riviera / Atelier bricolages MADE VISIBLE

Catégories
Mobilité

30 km/h: le point sur le cas lausannois

Précurseur en Suisse avec sa formule, Lausanne déploie depuis mi-septembre 2021 le 30 km/h nocturne. Ville et Canton sont satisfaits, tandis que les feux bleus sont dans l’attente et les transports publics, en état de vigilance.

Pour compléter son dispositif de lutte contre le bruit routier, Lausanne déploie depuis mi-septembre et durant sept semaines le 30 km/h nocturne sur tous ses grands axes. En chiffres, cela représente près de 60 kilomètres de route où la vitesse va être abaissée à 30 km/h entre 22 h et 6 h du matin, 610 nouveaux panneaux de signalisation installés dans la ville, et surtout 33 000 riveraines et riverains qui vont pouvoir bénéficier de cette mesure, a assuré la Ville de Lausanne, lors d’une conférence de presse tenue début septembre. Les axes dits pénétrants, comme la route de Romanel ou l’avenue de Rhodanie, ne seront toutefois pas concernés par ce changement de régime. Il n’empêche, cette petite révolution lausannoise suscite de la vigilance, si ce n’est de l’inquiétude, auprès de certains usagers, comme les feux bleus et les bus, qui devront, eux aussi, lever le pied.

Feux bleus épargnés?

Concernant la police, les pompiers et les ambulances, Florence Germond, municipale lausannoise en charge de la Mobilité, a dit être intervenue à plusieurs reprises auprès de Simonetta Sommaruga pour lui demander s’il était possible d’ajouter une plaque mentionnant l’exception des feux bleus sous les panneaux 30 km/h, a-t-on pu lire dans la presse vaudoise. «L’Office fédéral des routes n’est pas entré en matière», écrivaient encore nos consœurs et confrères. Devant la presse, la municipale a donc lancé un nouvel appel à Simonetta Sommaruga afin qu’elle présente une modification de la loi sur la circulation routière. Florence Germond s’est dite cependant rassurée, selon le journal Le Temps: «Dans le canton de Vaud, le procureur général Eric Cottier a déjà témoigné de l’indulgence avec laquelle il examinera les situations juridiques en découlant.»

La question des transports publics

Concernant les bus et le 30 km/h, une problématique que nous développons dans notre journal papier de ce mois de septembre (voir le lien ci-dessous), leurs représentants attendent que les choses se passent pour en juger. «Des premières analyses, il ressort que le 30 km/h entre 22 h et 6 h aura un impact limité sur le temps de parcours des transports publics à Lausanne, les bus n’assurant pas de service entre 0 h 30 et 5 h 30», explique Céline Epars, chargée de communication aux Transports publics de la région lausannoise (tl), dont le Comité de direction et le Conseil d’administration sont notamment composés de représentants de la Ville de Lausanne. Mais ce n’est pas tout, assure la porte-parole: «Des contacts ont été instaurés avec les autorités et un monitoring sera établi pour évaluer précisément l’effet du 30 km/h nocturne sur l’exploitation des transports publics.»

Le syndicat reste attentif

De son côté, le Syndicat du personnel des transports (SEV) de la région lausannoise, qui attendait que le déploiement du 30 km/h soit assorti de mesures d’accompagnement, reste attentif et prêt à réagir. «Est-ce que les mesures seront suffisantes pour compenser ce ralentissement? Il est impossible de le dire aujourd’hui, note Pablo Guarino, secrétaire syndical. Mais si le 30 km/h nocturne devait peser sur les journées des conductrices et des conducteurs, on s’en rendra vite compte et il faudra alors une réaction rapide des autorités. Nous n’accepterons pas que tout cela pèse sur le personnel, qui subit suffisamment de pression. Nous espérons aussi que ce dernier ne servira pas de cobayes lors du monitoring.» Le sujet du 30 km/h lausannois sera abordé lors de la prochaine Assemblée générale du SEV pour la région de Lausanne.

Le changement de vitesse comprend également l’installation d’indicateurs de vitesse et de radars. Image prétexte: Fotolia

La mise en œuvre du 30 km/h de nuit s’accompagne de la mise en feux clignotants d’une cinquantaine d’installations de régulation des carrefours. «Cette mesure permet d’améliorer la fluidité du trafic et contribue également à la diminution de 80% des «bruits de pointe» souvent causés par des accélérations excessives, explique la Ville. Afin d’informer et de sensibiliser les usagères et les usagers de véhicules motorisés à la nouvelle limitation en vigueur, une soixantaine d’indicateurs de vitesse seront installés sur l’ensemble de la ville.» Devant la presse, Florence Germond a toutefois assuré une certaine marge de tolérance face aux éventuelles infractions dans un premier temps.

Un outil légal

Pour rappel, le développement du 30 km/h de nuit à Lausanne a été retardé par un seul recours, celui d’un chauffeur de taxi. Pas longtemps, cependant, puisque cet été, la baisse générale de la vitesse nocturne à Lausanne a finalement été validée par les juges de la Cour de droit administratif. Qui en fait un cas appelé à se répéter dans le canton. «Cette mesure a intégré la boîte à outils à disposition des collectivités publiques pour lutter contre le bruit routier, rappelle, avec satisfaction, Laurent Tribolet, de la Direction générale de la mobilité et des routes du canton de Vaud. Peu coûteux, facile à mettre en œuvre et proportionné, ce dispositif a en effet démontré qu’il pouvait apporter des résultats significatifs pour améliorer la qualité de vie et la santé des habitants».

Catégories
Sécurité routière

Notre ABC de la trott’

Enfant en trottinette

La trott’ sans moteur a plus que jamais la cote auprès des enfants. Pour la sécurité de votre bambin, voici un résumé des points essentiels à vérifier afin d’éviter des petits ou des gros bobos.

Commençons avec une mise en jambe ludique et sympathique, avec le petit Maxime, qui vous donne ici de bons conseils et des astuces en images pour pratiquer la trottinette. N’hésitez pas à regarder cette vidéo avec votre enfant, il ou elle adorera.

Le mode d’emploi de Maxime

Des conseils et des astuces en vidéo.

L’équipement

Votre enfant aime jouer ou se déplacer avec sa trottinette? Veillez à ce qu’il ou elle soit équipé-e de manière sécuritaire.

Le ou la pilote:

  • Casque: il est recommandé d’équiper votre enfant d’un casque, mais également de coudières et de genouillères.
  • Vêtements et/ou objets visibles: pour sa sécurité, votre enfant doit être le plus visible possible. Optez donc pour des vêtements clairs. Les enfants entrant en 1ère enfantine ont reçu un baudrier réfléchissant du TCS tandis que les enfants de 3P ont reçu un gilet. N’hésitez pas à utiliser ce matériel pour compléter l’équipement de votre enfant. Ce dernier peut aussi coller des autocollants réfléchissants sur son casque ou sur sa trottinette.

La machine:

  • 2 ou 3 roues: jusqu’à environ 3 ans, le modèle trois roues est généralement idéal pour se familiariser avec l’engin. Entre 4 et 6 ans, l’enfant peut passer aux deux roues, s’il ou elle se sent prêt-e.
  • Types de roues: sur terrain lisse et en milieu urbain, privilégiez les petites roues en caoutchouc. Sur un terrain irrégulier avec des bosses et des trous, privilégiez le modèle avec des roues gonflables.
  • Frein: il est conseillé de choisir une trottinette avec frein.
  • Le marchepied de la trottinette devrait être antidérapant.
  • N’achetez pas une trott’ grande taille en imaginant qu’elle durera plus longtemps. Si elle est trop grande, la trottinette sera difficilement manipulable. Optez pour un guidon réglable en hauteur. Il ne doit jamais être réglé à la hauteur du cou ou du visage, afin d’éviter des blessures en cas de chute ou de collision.

Où ai-je le droit de rouler?

  • Sur les aires réservées aux piétons: trottoirs, chemins pour piétons, zones piétonnes, zones de rencontres, etc.
  • Sur les pistes cyclables.
  • Sur la chaussée en zone 30, où il n’y a pas de trottoir.
  • Sur la chaussée de routes secondaires où il n’y a pas de trottoir, de chemin pour piétons ou de piste cyclable, mais uniquement en cas de trafic faible.

Où n’ai-je pas le droit de rouler?

  • Sur les routes principales et sur toute autre route où le trafic est important.
  • En cas d’accès interdit aux piétons.
  • En cas de circulation interdite aux engins assimilés à des véhicules.

Pour aller plus loin

Vous retrouverez la plupart des infos ci-dessus dans la brochure du TCS destinée aux enfants âgés de 6-10 ans. Le petit plus de ce document est qu’il propose une bande dessinée pour faciliter la compréhension. Cette brochure est gratuite et peut-être téléchargée en ligne.

Sur son site internet, le TCS vous propose aussi des idées de jeux à faire seul ou avec d’autres enfants pour s’amuser et entraîner sa pratique en toute sécurité.

Source

TCS

Catégories
Dans le rétro

125 ans dans le rétro…

1896

Le 1er septembre plus exactement, 205 passionnés de vélo genevois fondent le Touring Club Suisse (TCS). Au fil des décennies, notre association à but non lucratif s’est très vite adaptée aux besoins de ses membres et s’est transformée en club centré sur l’automobile pour devenir aujourd’hui le plus grand club de la mobilité de Suisse.

Au service de la Suisse et de sa population depuis sa création, le TCS s’engage en faveur d’une mobilité sûre et durable, que cela soit à pied, à vélo, à moto, en voiture, en transports publics ou avec les nouvelles formes de mobilités urbaines. Un ménage suisse sur deux accorde sa confiance au TCS.

Avec cette galerie, nous vous proposons une immersion locale dans l’histoire du Club, avec de nombreuses photos prises dans le canton de Vaud.

N’hésitez pas à partager vos anecdotes et souvenirs avec nous!

Catégories
Mobilité

Branché-e et bien informé-e

Les engins électriques doivent respecter les règles de la circulation pour la sécurité de tous. On vous résume ici les infos les plus importantes concernant leur utilisation et on vous donne quelques bons tuyaux.

Crédit photo: Fotolia

Engins autorisés à circuler sur la route

Peu importe leur forme, les engins électriques ont le vent en poupe, en Suisse et ailleurs, pour se rendre à l’école ou au travail, ou pour les loisirs. Et pour cause, ils permettent de se déplacer facilement sans avoir à trouver une place de parc. Ils sont en plus réputés pour être écologiques. Vous trouverez dans le tableau ci-dessous les règles concernant les quatre engins actuellement les plus populaires sur nos routes.

EnginGyropode e-trottinette e-bike lent e-bike rapide
Vitesse max. (moteur ou assist. au pédalage)20 km/h 20 km/h 25 km/h45km/h
HomologationNécessairePas nécessaire Pas nécessaire Nécessaire
Plaque d’immatriculationNécessaire Pas nécessaire Pas nécessaire Nécessaire
Âge minimum14 ans14 ans14 ans14 ans
Permis14-16 ans, M ou G 14-16 ans, M 14-16 ans, M Catégorie M
CasqueConseilléConseilléConseilléObligatoire
Piste cyclableObligatoireObligatoire Obligatoire Obligatoire
Autorisé sur route publiqueOuiOuiOuiOui
Autorisé sur trottoirNonNonNonNon
Règles de circulationIdem vélo Idem vélo Idem vélo Idem vélo
DiversPneus appropriés
Sonnette
Feux non
clignotants
Rétroviseur
Feux fixes
et homologués,
non clignotants
Sonnette

Engins non admis à la circulation

Attention: ce tableau n’est pas exhaustif et certains des engins électriques répertoriés ci-dessus peuvent être exclus de la circulation selon leur fabrication. C’est par exemple le cas des e-trottinettes et des gyropodes ou segway, dont certains modèles n’obtiennent pas le feu vert. Il est par conséquent important de toujours clarifier la situation avec un spécialiste avant un éventuel achat.

Parmi les autres engins qui ne peuvent pas circuler sur la route, il y a aussi les e-skateboards, les monocycles et les hoverboards. Cela signifie qu’ils ne peuvent être utilisés que dans des espaces privés. Ils ne sont pas autorisés à circuler sur les trottoirs, les zones réservées aux piétons, les pistes cyclables ou encore sur la chaussée.

Très similaire à sa version non électrique, le e-skateboard n’est pas autorisé à rouler sur la route. Crédit photo: Fotolia

Conseils du TCS avant d’utiliser un engin électrique

  • Entraînez-vous sur un terrain privé avant de vous lancer dans la circulation afin de bien maîtriser votre engin. Si besoin, faites-vous expliquer le maniement de l’engin par un professionnel.
  • Évitez absolument de circuler avec tout engin motorisé non homologué sur le domaine public.
  • N’empruntez que les voies de circulation sur lesquelles vous êtes autorisés à circuler.
  • Si vous êtes autorisés à circuler sur les trottoirs et dans les zones piétonnes avec votre engin, veillez à respecter les piétons.
  • Suivez toujours les règles de circulation, notamment aux endroits dits sensibles, soit aux intersections, aux passages piétons, giratoires, feux, etc.
  • Portez un casque, ainsi que des accessoires de protection (coudières, genouillères etc).
  • Soyez bien visible (portez des vêtements clairs par beau temps et des vêtements ou accessoires rétro-réfléchissants en hiver, par temps de pluie ou en cas d’obscurité comme le matin ou le soir à certaines saisons).
  • Vérifiez auprès de votre assureur que vous êtes couvert au titre de la responsabilité civile pour l’utilisation de votre engin électrique.

Sources

TCS / BPA / Police cantonale vaudoise